Le coronavirus: Faut-il en avoir peur ?

Classé dans : Le Princeps : Journal de Pharm&Cie | 0
On le nomme «2019-nCoV» et il a déjà fait 80 morts. «2019-nCoV» correspond à un coronavirus jamais identifié auparavant.
Il existe toute une famille de coronavirus. Ce sont des agents infectieux de grandes tailles qui touchent aussi bien l’être humain que l’animal. Coronavirus signifie en latin «virus à couronne». Au microscope électronique, ces virus ressemblent à une couronne solaire. Les coronavirus sont de très grandes tailles, leur ARN viral correspond au plus long jamais découvert. De plus, les coronavirus ne possèdent pas de système de correction d’erreur lors de la réplication de leur ARN,
ils peuvent donc muter très facilement.

«2019-nCoV» est le 7ème coronavirus qui se transmet à l’Homme. HCoV-229E et HCoV-0C43, tous deux découverts dans les années 1960, le SARS-CoV et le
HCoV-NL63 découvert en 2004 aux Pays-Bas, le HCoV-HKU1 découvert en 2005 à Hong-Kong et enfin le MERS-CoV découvert en 2012.
Les coronavirus sont à l’origine de pathologies pulmonaires et plus précisément d’infections respiratoires de degré de gravité divers parfois accompagnées de gastroentérites. Toutefois, la plupart des coronavirus courants n’entraînent que des symptômes bénins comme des écoulements nasaux ou des céphalées. En ce qui concerne «2019-nCoV», les symptômes principaux sont la fièvre et les signes respiratoires de type toux ou essoufflements s’apparentant à une grippe
modérée. Seulement, plusieurs patients ont développé une forme sévère de la maladie ayant entraîné leur décès. Cette forme sévère peut se caractériser par une détresse respiratoire, une insuffisance rénale aiguë voire une défaillance multi-viscérale.
La transmission interhumaine de «2019-nCoV» est aujourd’hui avérée. Les premiers cas recensés se sont rendus sur le marché de Wuhan. L’hypothèse d’une première transmission à l’Homme par les animaux est donc privilégiée.
La contagiosité de ce virus doit encore être définie. Les premiers éléments placeraient la valeur de R0 à 2,6. Le R0 aussi appelé «basic reproductive number», permet de quantifier la contagiosité, il correspond au nombre moyen de personnes auxquelles un malade transmet la
maladie. Cela signifie qu’un malade contamine en moyenne 2,6.
A ce jour, il n’existe aucun vaccin ni traitement spécifique. Plusieurs traitements, actuellement utilisés dans d’autres pathologies virales, sont en cours d’évaluation. Dans l’attente, le traitement est symptomatique et les patients infectés sont mis en quarantaine pour limiter la propagation.
Malheureusement, les français ne sont pas à l’abri d’une épidémie. Trois premiers cas ont été annoncés en France, l’un à Bordeaux et les autres à Paris. Les trois patients avaient séjourné en Chine et sont actuellement hospitalisés.
Si ils le désirent, les Français basés à Wuhan peuvent être rapatriés en France. Le rapatriement se fera pas voie aérienne directe. A leur arrivée, ils vivront pendant 14 jours dans un lieu d’accueil. Ces 14 jours correspondent à la durée maximale d’incubation du «2019-nCoV».
L’équipe médicale dédiée y surveillera l’apparition d’éventuels symptômes avec notamment une prise de la température deux fois par jour. Le but de cet isolement est d’éviter la propagation de la maladie.
Le «2019-nCoV» est relativement contagieux et peut entraîner des atteintes graves pouvant aller jusqu’au décès. Les personnes décédées étaient, pour la plupart, âgées, avec un âge médian de 70 ans et souffraient de problèmes de santé. A titre de comparaison, on estime qu’environ 10 000 décès sont attribuables à la grippe chaque année en France.

Clara LABROUSSE

Sources:
DGS_Anne.M; DGS_Anne.M. Coronavirus : questions-réponses

Coronavirus chinois : 6 nouveaux cas suspects en France

Epidémie en Chine : qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Incubation, contagiosité, mortalité… Les mots qui comptent pour décrire le coronavirus

Grippe: Bulletin hebdomadaire. Santé Publique France