L’ANSM interdit plusieurs produits anti-verrue

Classé dans : Le Princeps : Journal de Pharm&Cie | 0
L’ANSM a récemment décidé d’interdire la commercialisation et l’utilisation de plusieurs dispositifs de traitement des verrues sous forme de flacon en raison des risques de brûlures accidentelles et de confusion.

Le conditionnement des produits de santé est soumis à des contraintes réglementaires particulières. Il doit garantir la sécurité du produit et sa conservation tout en protégeant le patient et ses proches des risques domestiques. C’est sur cet argument de sécurité que l’ANSM a basé sa décision.

Les verrues
Les verrues sont des lésions cutanées fréquentes liées à une contamination de la peau par le virus « Human Papillomavirus ». Un tiers des enfants ont déjà eu une ou plusieurs verrues et ont été amené à utiliser des traitements anti-verrue. Que ce soit des traitements physiques (cryothérapie, excision ou laser) ou des traitements chimiques kératinolytiques, l’objectif de tels traitements est de détruire la verrue en décapant la couche supérieure de la peau.

Des risques de brûlures accidentelles
Plusieurs cas de brûlures accidentelles au second degré ont été notifiés à l’ANSM. En effet, le conditionnement multidose sous forme de flacon ne permettait pas de prévenir le risque de renversement du produit qui est par nature corrosif. C’est pourquoi, les produits Expert 1.2.3 Verrues Cutafilm® et Steripan® ont été retirés du marché jusqu’à mise en conformité du conditionnement. Les produits déjà dispensés devant être rapportés sur les lieux de vente.

Risque de confusion
« Des ingestions accidentelles provoquant des lésions du pharynx et de l’œsophage chez des enfants en bas âge » ont aussi été notifiées à l’ANSM. En effet, le conditionnement du produit Objectif ZerroVerrue Original® est similaire à celui de médicaments buvables. Le fabricant a alors, dès mars 2019, remplacé le bouchon blanc de ses flacons par des bouchons oranges en plus du dispositif de sécurité anti-renversement déjà mis en place.
L’ANSM recommande aux patients, par mesure de sécurité, de ramener, aux points de vente, les flacons possédant des bouchons blancs. Elle recommande aussi aux parents de ranger de tels produits dans leurs emballages d’origine, dans des endroits non accessibles aux enfants.

Maéva ROY

Sources :
Communiqué de presse de l’ANSM 
Portail de signalement d’incidents et/ou d’évènements indésirables