Vers un dénouement de la crise des opioïdes ?

Classé dans : Le Princeps : Journal de Pharm&Cie | 0

Début de résolution de l’une des plus grandes crises sanitaires de l’Histoire

Au cours des 20 dernières années, 400 000 personnes vivant aux États-Unis sont décédées des suites de leur surconsommation de médicaments opioïdes. Plus de 2000 plaintes émanant d’hôpitaux ou de pouvoirs publics ont été enregistrées aux États-Unis contre plusieurs industriels. Ces derniers sont accusés d’avoir favorisé la diffusion de ces médicaments ce qui aurait été à l’origine de la dépendance voire du décès de milliers de patients.

Les opioïdes, une classe pharmacologique à risque
Les opioïdes sont des substances psychotropes parmi lesquelles on retrouve la morphine, l’héroïne, le tramadol, l’oxycodone ou encore la méthadone. Certains représentants de la famille sont indiqués dans la prise en charge de la douleur (en particulier chronique) néanmoins tous sont susceptibles de créer des dépendances psychiques et physiques. De plus, l’excès de consommation d’opioïdes peut conduire à des décès par dépression respiratoire.

Le rôle de l’industrie pharmaceutique
Dans cette affaire, les industriels dont le géant américain Johnson&Johnson (J&J) et le spécialiste du médicament générique Teva sont accusés d’avoir poussé les prescripteurs et les patients à la consommation en manquant de communiquer sur les risques de dépendance des médicaments qu’ils commercialisaient. J&J a par ailleurs déjà négocié avec deux comptés de l’État de l’Ohio, l’un des États les plus touchés par la crise, et a conclu un accord à 20 millions de dollars pour solder partiellement son contentieux.

Un accord qui se dessine
Les groupes distributeurs McKesson, Amerisource Bergen et Cardinal Health se sont associés à Teva et J&J pour proposer un accord final qui s’élèverait à 50 milliards de dollars soit 45 milliards d’euros. Les versements de cet immense montant s’étendraient sur 10 à 18 ans et la somme réellement versée s’élèverait à « seulement » 22 milliards de dollars (20 milliards d’euros). Le reste de l’accord devant être honoré en nature via des approvisionnements en médicaments ou divers services proposés par les laboratoires.

Samuel Ghali

Sources :
OMS
La crise des opioïdes aux États-Unis – Ivana OBRADOVIC 
La crise des opioïdes : l’industrie pharmaceutique arrache un accord partiel 
USA / Opioïdes : Règlement amiable à 50 milliards de dollars en négociation