Cosmétiques : le défi des emballages éco-responsables

Classé dans : Le Princeps : Journal de Pharm&Cie | 0
L’industrie cosmétique a toujours eu pour habitude de concevoir ses conditionnements en fonction de l’esthétique, de la logistique et de la sécurité. Cependant, suite aux nouvelles exigences des consommateurs, les questions du respect de l’environnement sont maintenant au cœur des discussions.

Il y a quelques semaines s’est déroulé, à Monaco, le Luxe Pack In Green. Cette compétition récompense les solutions écoresponsables pour le conditionnement des cosmétiques de luxe. Les 2 lauréats du prix, Edelmann Group pour son concept « Less is more » et Estal pour ses bouteilles en verre recyclées, se sont appuyés sur les 3 R du développement durable : Réduire, Recycler et Réutiliser…

1- Réduire
Le principe : réduire au maximum le nombre, le poids et les dimensions du conditionnement sans jamais compromettre les performances et la sécurité du produit. Ces mesures vont permettre de réduire le volume des déchets liés aux emballages mais vont aussi permettre de réduire la pollution liée à leur production et au transport du produit fini.

2- Recyclé et Recyclable
De plus en plus d’entreprises proposent aujourd’hui des solutions composées de matériaux recyclés. Ces matériaux seront issus des déchets de consommation (PCR ou recyclé post consommation) comme le plastique, le verre ou encore l’aluminium recyclé…
D’autres marques se sont tournées vers les emballages bio-sourcés. Ils pourront être produits à partir de canne à sucre, de coquilles d’huître, de fécule de pomme de terre ou encore de copeaux de bois…

3- Réutilisable et Rechargeable
Apparue il y a quelques années avec les parfums, l’idée de ne plus être contraint d’acheter le contenant pour racheter le produit s’étend maintenant à une grande gamme de cosmétiques (rouges à lèvres rechargeables ou encore gels douche et shampoings…).

Il faudra, cependant, garder à l’esprit que le développement de ces conditionnements innovants sera dicté par les questions suivantes :
– Est-ce que cette solution va garantir la stabilité et la protection de la formule ?
– Est-ce qu’elle va garantir la compatibilité contenant/contenu ?
– Ou encore est-elle conforme aux exigences réglementaires ?

Maéva ROY

Sources :
Anne-Marie Pense-Lheritier – Innovation et éco-conception pour les produits de l’industrie cosmétique – Marché et organisations 2013/1 (N° 17), pages 137 à 147 
Premium Beauty News « L’information internationale de l’industrie des cosmétiques »
Luxe Pack Monaco