Vaccination contre la grippe : « Cette année encore, la grippe va faire très mal »

Classé dans : Le Princeps : Journal de Pharm&Cie | 0
« Cette année encore, la grippe va faire très mal », c’est la signature de la nouvelle campagne de communication sur la vaccination de l’Assurance Maladie. Celle-ci positionne la vaccination comme le premier geste de protection contre la grippe. La campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière a démarré depuis le 15 octobre dernier et se déroulera jusqu’au 31 janvier 2020.

Cette année, deux vaccins grippaux sont disponibles et pris en charge dans le cadre de cette campagne: InfluvaxTetra et VaxigripTetra auxquels s’ajoute le vaccin trivalent Influvac, disponible en quantité limitée. L’objectif de cette campagne de vaccination est de protéger les patients les plus vulnérables de la grippe. Loin d’être un simple rhume, la grippe peut être mortelle et est particulièrement grave pour les personnes à risque. Elle touche chaque hiver entre 2 et 6 millions de personnes.
Parce que la grippe est responsable de nombreuses hospitalisations et décès, le vaccin est gratuit pour les personnes fragiles. En effet, la stratégie vaccinale vise à protéger les populations les plus exposées aux risques de complications graves de la grippe. Le vaccin est donc gratuit pour les personnes âgées de 65 ans et plus, atteintes de maladies chroniques, immuno-déprimées, obèses ou faisant partis de l’entourage de nourrissons à risque de grippe grave ou de personnes immuno-déprimées. Il est également gratuit pour les femmes enceintes. Au total, 13 millions de personnes sont concernées en France.

De plus, dans le cadre de l’élargissement de l’offre vaccinale et de la simplification du parcours, la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est prononcée, dans un avis du 25 juillet 2018, en faveur de l’harmonisation des compétences des différents professionnels de santé impliqués dans la vaccination contre la grippe. Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination, vaccinées les années précédentes ou non, peuvent retirer leur vaccin à la pharmacie sur présentation de leur bon de prise en charge et se faire vacciner par un professionnel de santé. C’est là que la nouvelle mission du pharmacien apparaît, la vaccination par les pharmaciens est généralisée sur tout le territoire à partir de cette campagne. Le pharmacien peut vacciner tous les patients majeurs ne présentant pas d’antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure s’il répond aux exigences suivantes: il doit être volontaire, inscrit à l’Ordre des pharmaciens, avoir validé une formation DPCa, répondre aux exigences techniques fixées par la réglementation et déclarer l’activité de vaccination à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Cette campagne marquée par la généralisation de la possibilité de se faire vacciner en pharmacie s’annonce déjà comme un franc succès. Effectivement, la barre du million de patients vaccinés contre la grippe en pharmacie a été franchie le 1 novembre dernier ce qui représentait un quart des vaccinations.

La vaccination antigrippale représente le moyen le plus efficace de prévention de la grippe saisonnière afin de se protéger et de protéger son entourage. Le rapport Bénéfice/Risque est largement en faveur de l’acte vaccinal, provoquant peu d’effets secondaires, ce vaccin réduit considérablement le nombre de décès, en moyenne 2000 décès sont évités chez les personnes âgées chaque année. Assurément, les effets sont optimisés par les gestes barrières, tels que l’hygiène des mains, compléments indispensables à la vaccination contre ce fléau faisant en moyenne 10 000 morts par an.

Clara Labrousse

Sources: